La Liberté

Le fromager continuera à importer du lait

Publié le 02.06.2022

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Partager cet article sur:

Conseil des Etats » La Suisse n’interdira pas l’importation de lait pour le fromage.

Les fabricants de fromage suisse pourront continuer d’importer du lait de l’étranger. Le Conseil des Etats a rejeté hier, par 23 voix contre 18, une motion UDC demandant l’interdiction de ce trafic dit «de perfectionnement». Il est cependant d’avis qu’il faut améliorer la transparence pour les acteurs concernés.
Pour le conseiller aux Etats Werner Salzmann (udc, BE), il est incompréhensible que l’on puisse importer du lait pour le transformer en fromage en Suisse alors que les conditions sont réunies pour en produire assez au niveau indigène. Ce trafic a pour effet de faire baisser le prix de production laitière en Suisse et à terme risque d’entraîner une baisse de production de lait en Suisse.
Il rappelle que la perte financière des producteurs de fromage qui transforment le lait est déjà compensée à 100% par les suppléments reversés dans le cadre du dispositif qui a remplacé la «loi chocolatière». Pour lui, il faut interdire ces importations pour le fromage et, pour les autres produits laitiers, ne les autoriser qu’en cas de pénurie absolue.
Mais la majorité des sénateurs estiment que la proposition va trop loin. La pratique en matière d’autorisation d’importation de lait destiné au fromage est déjà très restrictive, a rappelé pour la commission le centriste Peter Hegglin (ZG). Elle n’est autorisée que quand les quantités ne peuvent pas être assurées en Suisse ou si le prix payé par le fabricant reste supérieur à celui à l’étranger, même après déduction du supplément.

Grâce au supplément pour compenser la différence de prix, le lait indigène soutient la concurrence du lait importé. Il est donc peu probable qu’un trafic de perfectionnement s’installe durablement. Enfin, les fromages produits à partir de lait étranger ne peuvent pas bénéficier d’un label d’origine suisse, a ajouté Peter Hegglin.
Il y a pourtant une zone grise dans l’exportation des fromages vendus comme suisses, a soutenu Othmar Reichmuth (centre, SZ). Le ministre des Finances Ueli Maurer a lui rétorqué que les contrôles fonctionnent.
Au vote, les élus UDC, une partie des libéraux-radicaux et du Centre ont approuvé la motion, mais cela n’a pas suffi à obtenir une majorité. ATS

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11