La Liberté

La police aurait dû entrer plus vite dans l'école d'Uvalde

Dix-neuf agents sur place ont attendu une unité d'intervention de la police aux frontières, environ une heure après que le tireur se fut introduit mardi dans le bâtiment (archives). © KEYSTONE/AP/Jae C. Hong
Dix-neuf agents sur place ont attendu une unité d'intervention de la police aux frontières, environ une heure après que le tireur se fut introduit mardi dans le bâtiment (archives). © KEYSTONE/AP/Jae C. Hong
Dix-neuf agents sur place ont attendu une unité d'intervention de la police aux frontières, environ une heure après que le tireur se fut introduit mardi dans le bâtiment (archives). © KEYSTONE/AP/Jae C. Hong
Dix-neuf agents sur place ont attendu une unité d'intervention de la police aux frontières, environ une heure après que le tireur se fut introduit mardi dans le bâtiment (archives). © KEYSTONE/AP/Jae C. Hong
Des manifestants appelant à l'interdiction des fusils d'assaut se sont réunis à l'extérieur du bâtiment où la NRA tient son congrès. © KEYSTONE/AP/Michael Wyke
Des manifestants appelant à l'interdiction des fusils d'assaut se sont réunis à l'extérieur du bâtiment où la NRA tient son congrès. © KEYSTONE/AP/Michael Wyke
A la convention annuelle de du premier lobby américain des armes, Donald Trump a réaffirmé son attachement aux armes, qui permettent selon lui de faire face au "mal". © KEYSTONE/AP/Michael Wyke
A la convention annuelle de du premier lobby américain des armes, Donald Trump a réaffirmé son attachement aux armes, qui permettent selon lui de faire face au "mal". © KEYSTONE/AP/Michael Wyke


Publié le 28.05.2022
Partager cet article sur:


La police a pris une "mauvaise décision" en n'entrant pas rapidement dans l'école d'Uvalde où s'était retranché dans une classe un tireur qui y a commis un massacre, a reconnu vendredi un haut responsable texan. Les forces de l'ordre ont attendu une heure dehors.

"Avec le recul, maintenant, bien sûr que ce n'était pas la bonne décision. C'était la mauvaise décision, point final", a déclaré Steven McCraw, directeur du département de la sécurité publique du Texas, lors d'une conférence de presse tendue. "Si je pensais que ça pouvait aider, je m'excuserais", a-t-il dit, très ému.

Dix-neuf agents sur place ont attendu une unité d'intervention de la police aux frontières, environ une heure après que le tireur se fut introduit mardi dans le bâtiment. L'adolescent d'à peine 18 ans a tué 19 enfants et deux enseignantes. Pressé par les journalistes d'expliquer ce délai d'intervention, très critiqué, le responsable a affirmé que les forces de l'ordre pensaient "qu'il n'y avait peut-être plus de survivant".

La police a pourtant reçu de nombreux appels de plusieurs personnes se trouvant dans les deux salles de classe touchées, dont un d'une enfant à 12h16, plus d'une demi-heure avant l'intervention de la police à 12h50, prévenant que "huit à neuf élèves étaient vivants", a déclaré M. McCraw.

"Bonne nuit"

Dans un témoignage inédit, une élève survivante de 11 ans a ainsi raconté à CNN avoir, avec un camarade, récupéré le téléphone portable d'une professeure morte pour appeler la police et leur demander d'intervenir.

Cette élève, Miah Cerrillo, a décrit hors caméra à la chaîne américaine l'irruption du tireur dans la classe alors que son enseignante allait fermer la porte. Selon elle, Salvador Ramos a regardé l'institutrice, lui a dit "bonne nuit" puis lui a tiré dessus, avant d'abattre sa collègue puis des élèves. Il s'est ensuite rendu dans l'autre salle de classe.

Miah a raconté s'être alors enduite du sang d'un camarade décédé et avoir fait la morte de peur que le tireur ne revienne.

Lors d'une autre conférence de presse vendredi après-midi, le gouverneur du Texas Greg Abbott a dit avoir été "induit en erreur" sur la réponse policière par des informations initiales inexactes. "Cela me rend furieux", a-t-il dit.

Trump à Houston

A quelques heures de route de là, le premier lobby américain des armes, la National Rifle Association (NRA), a lancé sa convention annuelle à Houston, secouée par une polémique due au timing de l'événement.

"Ces tragédies nous tordent l'estomac", a déclaré vendredi Wayne LaPierre, le dirigeant de la NRA, en ouverture de la conférence. Mais "restreindre les droits humains les plus basiques permettant aux Américains de se défendre n'est pas la solution, et ne l'a jamais été", a-t-il ajouté.

Donald Trump a ensuite pris la parole pour réaffirmer son attachement aux armes, qui permettent selon lui de faire face au "mal". "L'existence du mal dans notre société n'est pas une raison pour désarmer des citoyens respectueux de la loi", a déclaré l'ancien président républicain. "L'existence du mal est la raison pour laquelle il faut armer les citoyens respectueux de la loi", a-t-il assuré.

Malaise

Signe du malaise autour de cette convention, des responsables politiques, plusieurs stars de la country et le fabricant du fusil utilisé par l'auteur de la fusillade avaient choisi de ne pas venir.

Dans les allées du vaste palais des congrès rempli de stands de fabricants, des milliers d'amateurs d'armes déambulaient, examinaient des fusils et rejetaient de nouvelles restrictions.

"Personnellement, je pense qu'il faudrait davantage d'éducation sur les armes", a expliqué à l'AFP Lisy, 31 ans, une ancienne militaire qui cherche à trouver un nouveau pistolet à glisser sous sa jupe, "parce qu'il fait trop chaud au Texas pour porter des pantalons".

"Nouveau Sandy Hook"

A l'extérieur du bâtiment, des manifestants s'étaient rassemblés avec des pancartes appelant à l'interdiction des fusils d'assaut ou demandant "arrêtez de tuer des enfants".

Sur une scène bondée, le démocrate Beto O'Rourke, qui affrontera Greg Abbott aux élections pour le poste de gouverneur en novembre, a appelé vendredi midi la foule à l'"action" contre les armes à feu. "La vie de nos enfants est réellement en jeu dans l'isoloir", a-t-il lancé.

La fusillade, qualifiée de "nouveau Sandy Hook" dans la presse américaine, en référence à l'effroyable massacre dans une école primaire du Connecticut en 2012, a réveillé les traumatismes de l'Amérique.

Les visages des très jeunes victimes, âgées de 11, 10 et 9 ans, diffusés en boucle à la télévision, et les témoignages de leurs proches effondrés ont ému le pays, relançant une vague d'appels à mieux réguler les armes à feu. Ce mouvement a peu de chances de se traduire en actes, étant donné l'absence d'espoir d'une adoption par le Congrès d'une loi nationale ambitieuse sur la question.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00