La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Deutsche Qualität: Pas de matelas, pas de fête!

Les fans écossais ont la faculté de chanter chaque action, pour des résultats souvent étonnants.

Les fans écossais ne s’arrêtent jamais de chanter. © Keystone
Les fans écossais ne s’arrêtent jamais de chanter. © Keystone

Jonas Ruffieux

Publié le 20.06.2024

Temps de lecture estimé : 1 minute

Il y a le Flowers of Scotland, cet hymne national inofficiel dont l’interprétation, mercredi soir, aurait été entendue – et reprise – jusqu’au Waxy O’Connor’s, ce pub du centre-ville de Glasgow. Il y a les incontournables Scotland the brave, Loch Lomond ou We’ll be coming down the road, ces chants traditionnels qu’aucun Ecossais n’ignore, que chacun entonne à l’envi. Il y a ces trams, bondés, dans lesquels se trame un spectacle assourdissant que les supporters suisses n’essaient pas même d’égaler, se contentant d’immortaliser.

Il y a cette capacité, aussi, à «mélodier» chaque phrase, chaque action. «Here we go, here we go, here we go» pour signifier l’arrivée au stade. «She’s in, she’s in, she’s in!» pour féliciter cette dame parvenue à se glisser dans le wagon au dernier moment, avant la fermeture des portes.

Et puis, ces incessants «No Scotland, no party» (pas d’Ecosse, pas de fête), où «Scotland» peut se voir remplacé par n’importe quel autre terme idoine, selon le co

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11