La Liberté

Des vidéos «en nuances» pour continuer à toucher le public

Les membres du collectif Nous et Moi se nouent et s’entremêlent dans l’impressionnante série Nuances. © Philippe Kessler
Les membres du collectif Nous et Moi se nouent et s’entremêlent dans l’impressionnante série Nuances. © Philippe Kessler
Partager cet article sur:
21.06.2021

Coup de cœur » Nuances, c’est l’impressionnante série de vidéos du collectif de danse urbaine Nous et Moi. Alors que deux épisodes vont sortir dans les prochains mois, le groupe se confie à la Page jeunes.

Composé d’Anaïs Kauer, Charlotte Cotting, Estelle Kaeser et Adrien Rako, le collectif de danse urbaine aux influences contemporaines Nous et Moi impressionne avec sa série de vidéos Nuances. Né d’un besoin de créer malgré les mesures adoptées pour combattre le Covid 19, Nuances représente une expérience nouvelle pour le groupe plus habitué aux salles de spectacle: la vidéo. Depuis février 2021 et à raison d’un épisode par mois, les danseurs âgés de 22 à 30 ans déploient d’ambitieuses chorégraphies dans des lieux aussi divers qu’une forêt enneigée ou un tronc d’arbre massif. Le tout dans une ambiance onirique où les sensations prennent toute la place: «Nous voulions créer quelque chose de simple et minimaliste. Chaque pièce est inspirée d’une couleur. Cela nous a permis de rester sobres», explique Estelle.

«Nous avons tous un apport extérieur différent que nous mettons en commun. Une chorégraphie dépend vraiment de l’inspiration de chacun», affirme Charlotte. Le processus créatif derrière chaque vidéo est ainsi hautement collaboratif et amène son lot d’improvisations et de développement: «L’important dans notre façon de créer, c’est que l’interprétation est propre à chacun. Nous ne cherchons pas à raconter quelque chose de précis ou d’évident. Nous restons dans l’évocation, autant pour nous que pour les spectateurs», confirme Anaïs.

Tourné dans le canton de Fribourg par le vidéaste Phillip Kessler, chaque fragment est bercé par les boucles synthétiques du compositeur Adrien Rako qui, là encore, résultent d’un fonctionnement horizontal: «Tout part de la discussion! Une fois l’ambiance générale définie, je crée une ébauche que je propose ensuite au groupe», explique le danseur de 28 ans qui n’hésite pas à retravailler les morceaux en fonction des suggestions de ses collègues. Une démarche démocratique représentative de la philosophie du collectif qui, dans l’attente d’un climat plus clément aux arts vivants, et alors que déjà cinq épisodes de la série sont disponibles sur YouTube et Instagram, s’apprête à dévoiler deux nouveaux chapitres de l’aventure.

Yvan Pierri

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00