La Liberté

Parfum de guerre froide avec Moscou

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Pour Mario Draghi, cette affaire d’espionnage est une occasion de se montrer ferme face à Moscou. © Keystone
Pour Mario Draghi, cette affaire d’espionnage est une occasion de se montrer ferme face à Moscou. © Keystone
Partager cet article sur:
06.04.2021

Capitaine de frégate italien arrêté et attaché militaire russe expulsé: l’affaire d’espionnage est sérieuse

Eric Jozsef, Rome

Italie » Rome a immédiatement expulsé l’agent de Moscou ainsi qu’un autre haut fonctionnaire de l’ambassade, Alexeï Nemudrov, attaché militaire chargé de la marine et de l’aéronautique. «C’est l’affaire la plus grave depuis la guerre froide», a estimé le quotidien La Stampa tandis que le ministre des Affaires étrangères, Luigi Di Maio, s’indignait d’un «acte hostile d’une extrême gravité».

Cela faisait des années que le contre-espionnage occidental n’avait pas mis au jour un échange en nature de documents classifiés, comme dans un vieux roman de John Le Carré. Au temps de la cyberinformation, les échanges entre Walter Biot et les agents russes semblent tout droit sortis du classique des manuels d’espionnage.

Selon les premiers éléments de l’enquête, le capitaine de frégate italien aurait été approché il y a plusieurs mois lors d’une réception à l’ambassade russe et aurait commencé à collaborer avec les agents de l’Est à l’automne dernier, suscitant les soupçons des aut

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00