La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Gymnastique artistique: l’impartialité des juges sous surveillance

Les juges sont évalués depuis la Romandie à l’aide de modèles mathématiques créé par le chercheur Hugues Mercier.

Les juges sont humains, donc forcément imparfaits. © Keystone-archives
Les juges sont humains, donc forcément imparfaits. © Keystone-archives

Bastien Trottet, ArcInfo

Publié le 05.12.2023

Temps de lecture estimé : 5 minutes

Gymnastique artistique » A l’instar d’autres sports incluant une composante artistique, la gymnastique fait intervenir des juges pour évaluer la performance des athlètes. Comment s’assurer qu’ils effectuent leur travail de manière impartiale et qu’ils ne commettent pas d’erreurs importantes? C’est la question à laquelle ont tenté de répondre Hugues Mercier et son équipe.

Ce Québécois établi à Rolle a longtemps travaillé pour l’Université de Neuchâtel, où il a été maître-assistant aux instituts informatiques et des mathématiques avant d’être nommé professeur à la Haute Ecole Arc et de fonder son entreprise Maelström Analytics and Technologies. Au bénéfice d’un doctorat en génie électrique et informatique décroché au Canada, Hugues Mercier a été mandaté par la Fédération internationale de gymnastique (FIG), basée à Lausanne, pour développer une méthode d’évaluation de ses juges.

«Les meilleurs juges sont systématiquement

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11