La Liberté

ONU: une experte veut bannir la prostitution et vise la Suisse

La rapporteuse spéciale de l'ONU sur la violence contre les femmes Reem Alsalem dénonce les avantages que l'Etat obtient de la prostitution en Suisse et demande de mettre un terme à l'achat d'actes sexuels (archives). © KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI
La rapporteuse spéciale de l'ONU sur la violence contre les femmes Reem Alsalem dénonce les avantages que l'Etat obtient de la prostitution en Suisse et demande de mettre un terme à l'achat d'actes sexuels (archives). © KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI


Publié le 21.06.2024


Une rapporteuse spéciale de l'ONU demande aux Etats de criminaliser l'achat d'actes sexuels. Vendredi au Conseil des droits de l'homme à Genève, elle a souhaité que les consommateurs soient considérés comme délinquants. Dans un rapport, elle cible notamment la Suisse.

"La prostitution ne peut être considérée comme un travail", a affirmé la rapporteuse spéciale sur la violence contre les femmes, Reem Alsalem, qui ne s'exprime pas au nom de l'ONU. Or, en Suisse comme dans d'autres pays, "l'Etat légalise, organise et réglemente l'activité et tire profit de la prostitution d'autrui ainsi que tous les établissements sexuels commerciaux", dit son rapport.

Le texte relève que "la dépénalisation du commerce sexuel a empêché d'identifier et de poursuivre les trafiquants aussi activement qu'il l'aurait fallu".

La rapporteuse veut un cadre légal abolitionniste. De la protection des victimes à la décriminalisation des prostituées en passant par la criminalisation d'achat d'actes sexuels et du proxénétisme et par une campagne d'explications auprès des consommateurs.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11